1)    Mission de la paroisse hier et aujourd’hui

«Rien de nouveau sous le soleil.» C’est le même évangile, c’est toujours l’Église qui rassemble et il y a toujours le peuple de Dieu qui a droit à la parole et qu’il faudra désormais mieux écouter pour répondre à ses aspirations: une Église plus ouverte, attentive et capable de répondre à cette nouvelle évangélisation qu’attendent les gens.

La paroisse est plus qu’une simple structure, elle est d’abord et avant tout un rassemblement de paroissiens. Elle est aussi un aménagement institutionnel d’un lieu de regroupement de chrétiens. La paroisse, c’est l’Église habitant le lieu où les chrétiens vivent.

Sans faire l’historique de l’origine de l’Église et tous les courants culturels qui se sont succédé dans le temps et l’espace, on peut reconnaître que de nombreux changements ont façonné l’évolution de la paroisse.

RomeJésus a rassemblé ses compatriotes pour l’édification du Règne de Dieu. Cela n’a pas été aisé et il se rabat sur le groupe des «douze». En se nommant «ekklèsia», c.-à-d. «Église», la communauté chrétienne s’est reconnu le peuple des temps nouveaux inaugurés par Jésus, peuple rassemblé à l’initiative de Dieu.

C’est le même Christ, hier, aujourd’hui et demain qui rassemble les gens de toutes nations, cultures, etc.

La paroisse «paroikia» est devenue avec le temps une communauté locale stable et un territoire bien défini et enracinée. Ce terme est encore utilisé aujourd’hui, mais dans l’Unité paroissiale Saint-Laurent, ce sont des paroisses qui mettent en commun les ressources et les services nécessaires à la survie de chacune des «paroikia». C’est une situation de partage, de bons voisinages, d’un vivre ensemble fort important pour son avenir en la cité. Notre Église «communauté»  dans la cité, n’est pas en retrait du monde, elle s’y insère de plein droit tout en gardant sa dimension de pèlerins en marche.

Tout en préservant le «cachet» particulier de chacune des paroisses de l’Unité, elle a su se regrouper par solidarités volontaires, par affinités et par désir de faire ensemble «communauté et unité.»

La référence à un lieu a toujours conservé son importance. L’Église n’est pas une jouissance logique, une hypothèse réconfortante, elle est et sera toujours une convocation concrète à une communauté où il fait bon s’insérer.

Dans la cité, dans Saint-Laurent, chacune des paroisses a sa couleur. Il n’est pas question de fusionner, mais de vivre ensemble la différence dans une unité créative capable de répondre aux chrétiens qui y vivent. Nous sommes de communautés de proximité capables de relever ensemble le défi d’un vivre l’évangile de Jésus Christ aujourd’hui.

Notre Unité est ouverte à plus large qu’elle-même, elle s’insère dans un quartier, plus encore dans un arrondissement civil qui est le territoire des quatre paroisses qui  le compose.

 

2)    Sainte-Croix et l’unité pastorale de Saint-Laurent

Le service en paroisse demeure un des pôles de la mission de Sainte-Croix. Le chapitre provincial de l’an 2 000 l’a réaffirmé. L’implantation de la Congrégation de Sainte-Croix en terre canadienne est intimement liée à l’arrondissement de Saint-Laurent qui ont été nos premiers lieux d’enracinement et où nous sommes encore là en présentement.

Saint-Laurent, paroisse mère de cet arrondissement, est le lieu de l’arrivée des pionniers de Sainte-Croix au Canada. Plus tard, Notre-Dame-Du-Bois-Franc fut érigée en paroisse en 1945 comme fondation de Sainte-Croix. Nous fêterons en 2015, son soixante-dixième anniversaire.

Laurent1 Laurent2 Laurent3 Laurent4

 

 

 

 

 

La Congrégation de Sainte-Croix a accepté de relever le défi de bâtir l’Unité pastorale de Saint-Laurent composée des quatre paroisses suivantes : Saint-Laurent, Notre-Dame-du-Bois-France, Saint-Hippolyte et Saint-Sixte.

La collaboration interparoissiale, appelée aussi «jumelage» avec échange de services et ressources est assuré et forme une unité pastorale correspondant à l’Église de cet arrondissement. Tout débute en 2 000.

Nous ne formons pas une super paroisse, chacune des églises conserve ses spécificités. Chacune des paroisses de l’Unité ne se fonde pas dans les autres. Au contraire chacune des paroisses affiche haut et fort son affirmation propre éloignant ainsi l’anonymat. Nous sommes «UN» et plusieurs capables d’une proximité signifiante et pertinente. Chacune des paroisses a un sentiment d’appartenance à son quartier en sachant bien qu’il faut faire «unité» pour répondre aux besoins communs.de catéchèse, de services et de ressources.

Ainsi, chacune des églises de l’Unité exprime des solidarités de proximité à l’égard de ceux qui souffrent, les aînés, les malades, les endeuillés, les exclus en plus de bâtir des solidarités vis-à-vis des situations d’injustice.

On peut s’inspirer de bien des expériences à travers le monde, tout comme celles au Brésil ou celles du diocèse de Poitiers en France. Le Québec a toujours été différent à bien des égards, Saint-Laurent a su s’en inspirer, tout en se gardant de copier, mais plutôt d’imiter ce qui peut vraiment être pertinent pour nous au Québec et particulièrement à Saint-Laurent.

 

3)    Avenir de la mission dans les paroisses

 « La vie est comme un arc-en-ciel: il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs. » Auteur inconnu

Sous le thème « La foi, c’est notre affaire », l’Unité pastorale Saint-Laurent a vécu, le 1er février 2014 un forum qui a rassemblé plus de 160 personnes afin d’échanger sur l’avenir de l’Unité pastorale Saint-Laurent en invitant toute personne intéressée à réfléchir sur l’évangélisation dans un monde en constant changement.

Cet événement visait à donner une visibilité aux approches catéchétiques visant tous les âges de la vie et offertes dans nos quatre communautés chrétiennes : Saint-Laurent, Notre-Dame-du-Bois-Franc, Saint-Hippolyte et Saint-Sixte.

La communauté chrétienne de Saint-Laurent a été conviée à prendre une part active à un projet commencé en 2010-2011 avec des rencontres en tables rondes. Des paroissiens se sont alors prononcées sur « leur vision du religieux, sur leur vie de foi et de son expression dans les célébrations liturgiques, sur les services communautaires offerts ou à initier ». Tout fut analysé et ramené à quatre chantiers: éveil et initiation à la foi à tous les âges de la vie, approfondissement de la foi, célébration de la foi, engagement communautaire de la foi. De plus trois autres comités-ressources furent mis en place : le premier pour les aînés, plus précisément ceux qui sont à domicile : répondre à leurs besoins; le deuxième, celui des communautés culturelles : en appui aux  autres chantiers en ce qui concerne les manières de communiquer avec les communautés culturelles et le troisième, celui des communications afin d’assurer l’information et la diffusion des activités en maintenant le Feuillet paroissial, le Répertoire des activités, le site internet.

L’Unité pastorale Saint-Laurent, après avoir écouté les participants au forum, considérera maintenant les propositions retenues lors de ce forum. Elle verra comment faire route ensemble tenant compte de toutes ces recommandations en étant fidèle à sa mission évangélique, prophétique, liturgique et communautaire. Le pape François décrit comment il voit la mission actuelle de l’Église : «Aujourd’hui, il faut une Église en mesure de tenir compagnie, d’aller au-delà de la simple écoute ; une Église qui accompagne le chemin en se mettant en chemin avec les personnes…»



Tout ce que nous avons vécu ensemble ouvre pour nous un horizon nouveau. D’aucuns veulent s’impliquer davantage, ont le goût de prendre la parole et d’oser risquer un renouveau au sein de notre communauté chrétienne.

Rappelons-nous que Dieu n’accomplit pas ses promesses en agissant à notre place. Il est avec nous. Ce que nous avons vécu ensemble annonce un Dieu vivant à nos côtés, un Dieu qui prend Parole en Jésus et qui agit par nos sœurs et frères dans la foi.

« Si le Seigneur ne bâtit sa maison, c’est en vain que travaillent ceux qui la bâtissent» (ps 126). Il est présent au cœur des événements qui tissent la vie humaine. Rappelons-nous que les disciples gardèrent le silence après la transfiguration de Jésus et n’ont rien dit à personne à ce moment-là. Le Christ ressuscité, ils ne pouvaient plus se taire. Aujourd’hui en 2014, nous avons à prendre la parole et oser dire ce à quoi nous tenons pour bâtir la maison.

Dieu agit en Jésus. Par l’Esprit Saint, il transforme notre vie, notre famille, notre communauté et notre univers. Une brèche est ouverte. Cette vie divine apparue sur le visage de Jésus au moment de la transfiguration agit dans notre quotidien.

C’est le temps de se lever, d’être fiers de notre foi et d’être lumière sur la route de tant d’humains qui ont soif de spiritualité, d’éveil, d’approfondissement, de célébration et d’engagement.

Avec les disciples d’Emmaüs, disons à Jésus: «Reste avec nous, Seigneur.»

 

4)    Ouverture

Nous formons, selon le modèle d’une communion de communautés de proximité, comme je l’ai mentionné précédemment et qui partagent des ressources, des services communs. En effet, une équipe de prêtres collaborateurs, un même conseil de pastorale formé de représentants des quatre paroisses.

La vie se continue dans cette Unité Saint-Laurent, les défis sont grands et nous devons travailler de concert avec le diocèse de Montréal et avec de nombreux prêtres qui viennent soutenir la vie paroissiale et unitaire.

C’est une équipe vivante. Récemment la paroisse latino qui portait le nom de «fraternidad Santa Rosa fait désormais partie intégrante de la paroisse Saint-Hippolyte.

Pleine de vie avec son réseau des comités de liturgie, l’équipe de plus d’une quarantaine de catéchètes, de ses 260 jeunes qui se préparent aux sacrements, de son équipe de préparation au baptême, celle de la confirmation, celle de la visite aux malades à domicile.

Nous sommes une équipe ouverte et responsable capable de répondre à des besoins nouveaux. La présence des jeunes adultes de 18-35 ans ont pris en main une célébration eucharistique à midi tous les dimanches à la paroisse Saint-Laurent e intégrant toutes les ethnies jeunes qui ont, par ailleurs mis sur pied des retraites intergénérationnelles, des groupes de discussions et j’en passe et des meilleurs.

Après la confirmation, les jeunes n’avaient aucun sentiment d’appartenance à leur église. Un groupe nommé «PastADO» a été mis sur pied en 2 012. Ces jeunes se réunissaient une fois par mois. La réussite est telle qu’ils ont demandé de se réunir deux fois par mois.

Je m’en voudrais d’oublier le programme des conférences, certaines célébrations communes aux quatre paroisses comme le pardon, le mercredi des Cendres, la marche du pardon, la fête du cimetière, fête citoyenne de la Saint-Laurent, la course aux œufs de Pâques dans le cimetière, etc.

Sont aussi considérées comme communautés de proximité de l’Unité pastorale les résidences de personnes âgées ; St-Moritz, Manoir de Casson, Verrières du golf.

Rappelons en terminant combien VATICAN II a eu des paroles déterminantes sur la place des laïcs dans l’Église.

«Tout ce qui a été dit du peuple de Dieu concerne à titre égal laïcs, religieux et clerc… de sorte que tout le monde à sa façon et dans l’unité apporte son concours à l’œuvre commune.» (Lumen Gentium 30)

«Que les laïcs s’ouvrent aux pasteurs de leurs besoins et de leurs vœux; dans la mesure de leurs connaissances, de leurs compétences et de leur rang, ils ont la faculté et même parfois le devoir de manifester leur sentiment en ce qui concerne le bien de l’Église.» (Lumen Gentium 37)

Je vous invite à consulter le site WEB de l’unité pastorale de Saint-Laurent pour en savoir davantage en plus de consulter le «Répertoire 2013-2014.

Ce site est constamment mis à jour. Voici son adresse upsaintlaurent.org

Crédit texte et photos: Père Yvon Cousineau, c.s.c.

Crédit vidéo: M. Jilson Thomas et Père Jomon Kalladanthiyil, c.s.c.

À visiter: www.upsaintlaurent.org