Prière - JKSpes Unica

La croix a toujours été présente dans la vie de Basil Moreau. Il a choisi  Spes Unica comme devise pour sa congrégation. La croix devait être  notre « unique espérance ». (Constitutions 113)

Réfléchir sur le thème de « spes unica » signifie essentiellement réfléchir à un élément majeur de la spiritualité de Sainte-Croix. Cette réflexion implique que l’on est enraciné dans le mystère pascal de la mort du Christ qui laisse présager une nouvelle vie en Jésus-Christ. Être un religieux de Sainte-Croix signifie nécessairement embrasser la croix quotidiennement pour suivre celui qui nous a appelés. La croix est au centre de la vie pour les disciples du Seigneur. Nous lisons dans nos Constitutions : « La fidélité à l’Évangile nous engage à prendre notre croix chaque jour et à le suivre » (112).

Comme Jésus, nous sommes appelés à œuvrer parmi le même péché et la même douleur et nous trouvons la croix et l’espérance qu’elle promet. « Le visage de chaque personne qui souffre nous montre celui de Jésus élevé en croix pour extirper l’aiguillon de la mort. Cette croix et cette espérance doivent être aussi les nôtres ». (114) Dans la conférence qu’il a présentée à Saint-Laurent (Canada), Moreau invitait ainsi les religieux: «  Conservons nos constitutions ; nous porterons notre croix, nous renoncerons à nous-mêmes ; nous suivrons Jésus-Christ et, comme conséquence, nous nous sanctifierons nous-mêmes et obtiendrons la vie éternelle. »

Quand nous traversons une période de ténèbres, nous nourrissons l’espoir que ces ténèbres se transformeront en lumière, que la mort que nous subissons sera un moyen pour nous d’expérimenter une nouvelle vie, une nouvelle vision et un objectif renouvelé pour répondre à l’appel que Dieu nous a destiné et qui aura des effets bénéfiques sur les rapports que Dieu a introduit dans nos vies.

Crédit texte: Père Arulraj Gali, c.s.c.

Crédit photo: Père Jomon Kalladanthiyil, c.s.c

admin